Quand Sirocco devient Psyké Underground à Walibi Belgium

Le Psyké Underground à Walibi Belgium fait partie du groupe d’attractions dénommé les “Shuttle Loop”. Créé en 1978 par le célèbre inventeur allemand de montagnes russes Anton Schwarzkopf, le Shuttle Loop catapulte un train de 28 passagers qui atteint la vitesse de 85 km/h en 3 secondes. Le train franchit un looping, monte sur une flèche à 45 mètres de hauteur quasi à la verticale avant de repartir en marche arrière. Ce voyage de 50 secondes au pays des sensations procure aux visiteurs une expérience unique et intense : le corps subit une force de 4,5 G ! 22 Shuttle loops ont été construits dans le monde et 6 de ces 22 shuttle loops sont encore opérationnels en 2013 :

• Psyké Underground à Walibi Belgium (ouvert en 1982)
• Montezooma’s Revenge en Californie (ouvert en 1978)
• Shuttle Loop au Japon (ouvert en 1980)
• Golden Loop en Afrique du sud (ouvert en 1989)
• Cascabel à Mexico (ouvert en 1994)
• Katapul au Brésil (ouvert en 1999)

Cette attraction utilise un système de catapultage similaire à celui utilisé sur les porte-avions pour le lancement des avions lors du décollage. L’ancien système de lancement mécanique a été remplacé par des moteurs électriques linéaires, similaires aux moteurs utilisés dans les trains à grande vitesse à sustentation magnétique. Il s’agit d’une attraction mythique de Walibi Belgium. Avec la Grande Roue et SkunX Airlines, elle fait partie des 3 attractions du parc belge présentes depuis plus d’1/4 de siècle.

Historique
Le Psyké Underground a été inauguré en 1982 sous le nom de "Sirocco”. Dès son lancement, c’est l’une des attractions qui a propulsé Walibi Belgium comme l’un des meilleurs parcs européens en termes de montagnes russes. Son lancement s’est fait à l’aide d’un spot télévisé programmé sur RTL et sur les chaînes hollandaises. Ce spot a été primé aux USA comme le meilleur spot de 1982 lors de la convention internationale des parcs d’attractions aux USA. Le célèbre animateur de télévision Philippe Geluk (également créateur de la série BD “Le Chat”) était le personnage vedette de ce spot, qui a eu un impact considérable à l’époque.

1996 : Lancement d’une nouvelle campagne de spots sur le thème du Sirocco en utilisant la technique du “stop motion” (prise de vue par photos mises bout à bout). Baseline : à vous de voir jusqu’où vous irez ! Cette publicité obtient à nouveau le prix du meilleur spot lors de la convention internationale des parcs d’attractions aux USA.

• Le 28 août 1997, l’image du Sirocco a été diffusée dans le monde entier, suite à un incident spectaculaire qui n’a heureusement eu aucune conséquence ni matérielle ni physique pour les visiteurs. Le train, suite à une accélération trop faible, s’est arrêté dans le sommet du looping. Les barres de sécurité ont parfaitement fonctionné. Il a fallu 90 minutes aux équipes techniques et aux pompiers pour ramener le train à l’horizontal et cela en présence de toutes les télévisions belges qui diffusaient les images en direct. Ces images ont été immédiatement reprises par les télévisions du monde entier. Après intervention du fabricant, des organismes de contrôle indépendants et des autorités publiques, le Sirocco a été remis en service 3 semaines après l’évènement. Les jeunes de l’époque ont aujourd’hui entre 30 et 35 ans. Cet incident est resté dans la mémoire collective et a contribué au caractère mythique de cette attraction.

• En 2000, l’attraction est transformée : toute l’aire de lancement et l’intégralité du looping sont placées dans le noir avec des effets de lumières stroboscopiques. L’objectif est d’offrir une nouvelle expérience aux visiteurs de l’attraction. À cette occasion, l’attraction a été rebaptisée “Turbine”.

Novembre 2008 : Dernier lancé de Turbine. Après 27 années d’opération, il fût décidé de remplacer le coaster par une nouvelle attraction qui devait avoir un caractère plus familial. Le train du Sirocco, puis de Turbine aura enregistré 486.010 lancements en 27 années, catapultant ainsi 13.608.280 visiteurs, qui auront chacun contribué à construire l’image mythique de cette attraction extraordinaire.

2009 : L’année 2009 fût consacrée aux études de faisabilité et au permis d’urbanisme de la nouvelle attraction. Durant cette année, les visiteurs de Walibi Belgium ont pourtant plébiscité le retour de Turbine, attraction mythique des jeunes visiteurs mais aussi de leurs parents, qui ont découvert le Sirocco dans les années 80.

2010-2011 : La décision fut alors prise d’abandonner le projet initial et de réinventer le Shuttle Loop avec une technologie d’avant-garde et sous une forme unique au monde. Une étude technologique et thématique est alors lancée.

2012 : Début du chantier de rénovation de Turbine.

Juin 2013 : Inauguration du “Psyké Underground”. L’attraction est thématisée dans le nouvel univers de Walibi Belgium. Sensations garanties, il s’agit d’une des accélérations records en matière de montagne russe (les visiteurs sont propulsés de 0 à 85km/h en 3 secondes), ce qui lui donne toute sa sensation de puissance. Le looping dans le noir absolu renforce encore l’effet de force. Les passagers montent ensuite jusqu’à 45 mètres de hauteur, toujours dans le noir absolu et découvrent plusieurs effets spéciaux. Le retour est aussi saisissant que l’aller. Tout se passe sous terre, dans un univers clos et noir. Les visiteurs perdent tout sens de l’orientation et vivent une expérience psychédélique... Une bande sonore électro vient dramatiser le parcours ultra rapide.

Thématisation de la nouvelle attraction
Le bâtiment du Psyké Underground porte les couleurs vives de Shimméria. Imaginez... Un univers clos et noir. De l’extérieur, les visiteurs reconnaîtront différents magasins, un guichet pour acheter son ticket, un hôtel et une entreprise de feux d’artifice. On se trouve à Fabulous, une ville souterraine située à Shimméria. Les passagers y seront accueillis par la fameuse Vita Drakovitz et ses gargouilles pour une visite de la ville. Vita les fera pénétrer dans une ancienne gare. En avançant, ils découvriront une énorme machine et assisteront à un pré-show qui plantera le décor avant de prendre place dans le train. A ce stade, il ne sera plus possible de reculer, même si les gargouilles déclencheront le mauvais bouton, ce qui aura des conséquences immédiates pour les passagers embarqués...

Effets spéciaux
Une projection 3D représentant un monstre sera placée au cœur du looping. Elle restituera une séquence différente lors de chaque passage du train. Des chauves-souris en résine translucide seront suspendues dans le looping. Éclairées de l’intérieur grâce à des effets lumineux colorés à base de leds, elles s’illumineront de façon aléatoire. Ceci permettra de susciter un attrait différent à chaque passage du train dans cette zone. Il y aura également des effets lumineux à base de peinture fluorescente, notamment dans les tunnels.

Propulsion par moteur LIM
Le Psyké Underground lance le train de 28 passagers, pesant au total 10 tonnes, à 85 km/h en 3 secondes. Pour arriver à ce résultat extraordinaire, Walibi Belgium et l’entreprise Gerstlauer Amusement Rides ont opté pour un moteur LIM (Linear Induction Motor). Ce système est utilisé depuis plusieurs années dans les parcs d’attractions pour des installations beaucoup moins puissantes. C’est la première fois au monde que ce système est appliqué au lancement d’un train pesant 10 tonnes à la vitesse de 85 km/h en 3 secondes.

Le système LIM se compose de deux parties
• Une plaque d’aluminium fixée sur les wagons du train (appelée rotor).
• Un double stator (composé de bobines) placé parallèlement à quelques centimètres d’écart. La plaque d’aluminium va alors “flotter” entre ces deux stators. En envoyant une forte impulsion électrique dans les stators, un champ magnétique se crée induisant un courant dans la plaque d’aluminium, qui va à son tour créer un champ magnétique. Comme le définit la loi de Lenz, les deux champs magnétiques s’opposent et donc les deux parties se repoussent. Ce sont donc bien ces champs magnétiques qui propulsent le train vers l’avant.

Avantages et défis
Comme ce sont des champs magnétiques qui sont mis en œuvre, aucune pièce mécanique, aucun frottement et donc aucune usure ne sont à prendre en compte. La fiabilité technique est donc très grande. De plus, le moteur ne produit aucun bruit. Pour lancer les 10 tonnes du train du Psyké Underground, il faut 5,3 mégawatts pendant 3 secondes, soit 1,5 fois la puissance nécessaire pour alimenter tout le parc. Afin de maîtriser cet appel de puissance, une batterie imposante de condensateurs a été installée. Cette installation est unique en Belgique.

Un titre spécifique de Quentin Mosimann
Quentin Mosimann, célèbre DJ et producteur franco-suisse rendu célèbre en Belgique par les émissions The Voice, a composé une chanson spécifique pour l’attraction. Intitulé “Psyké Underground”, ce titre électro sera diffusé sur les ondes des radios françaises et belges et sera bien sûr repris dans l’attraction Psyké Underground.

Une attraction mythique : La force de la nostalgie
Adolescents dans les années 80 et 90, les tout premiers adeptes du Sirocco sont aujourd’hui devenus parents de jeunes du même âge. Depuis sa création en 1982, le Sirocco a fait frémir de plaisir deux générations d’enfants. Les adolescents et les jeunes adultes des deux générations des années 80 ont été baptisés la “Génération X”. Caractérisée par sa soif de découverte et son envie de se dépasser, elle est aussi en quelque sorte, la première génération à impliquer à ce point ses propres enfants, dès leur plus jeune âge, à sa propre vie d’adulte.

La Génération X conçoit sa progéniture comme le compagnon de voyage d’une aventure passionnante. Les enfants de cette Génération X sont appelés la “Génération Y” ou la “génération du millénaire”. Sous l’influence positive de leurs parents, ils se distinguent par l’ouverture de leurs rapports à ceux qui les précèdent. Jusqu’au début des années 80, les enfants, même devenus adultes, étaient considérés par leurs parents comme une matière inerte, tenue aux règles, aux rituels et à leurs bons conseils.

De mémoire d’homme, la jeune génération avait jusqu’alors toujours été perçue comme un disque dur à la capacité illimitée, garanti à vie, que les anciennes générations pouvaient graver de leur empreinte indélébile à l’envie. La Génération X est donc la première à oser la rupture avec le passé et à considérer ses jeunes enfants comme un maillon à part entière de la chaine familiale. Pour la première fois, les jeunes enfants se voient offrir la possibilité de prendre des initiatives et trouvent auprès de leurs parents une oreille attentive.

Résultat ? Un merveilleux mécanisme psychologique se met en marche : le partage. Lorsque les parents prennent leurs enfants au sérieux, tout porte à croire que ces derniers s’ouvriront à leur tour aux centres d’intérêt de papa et de maman. Mieux encore, ils sont susceptibles d’être fascinés, séduits, comme en témoigne l’intérêt des très jeunes enfants ces dernières années pour les casques audio à la taille imposante, les Polaroïd, les T-shirts vintage, les Converse All Stars, les scooters Vespa, les cupcakes, les robots-mixeurs en bakélite et la collection de vinyles de leurs parents. Dans ce cadre, il paraît donc évident que papa et maman X embarqueront avec leurs enfants Y à bord du Sirocco : pure nostalgie pour les premiers, pure “néostalgie” pour les seconds...

La force du noir
Le noir est non seulement la couleur, si tant est qu’il en soit une, des peurs infantiles, mais aussi la condition nécessaire au retour de la lumière, du soulagement. Après la pluie, le beau temps, après les ténèbres, la lumière... Un sombre voyage supersonique, renversant, accompagné des seuls cris perçants de vos compagnons d’infortune, qui fera renaître vos peurs primitives.

L’abandon inconditionnel à l’obscurité, à la vitesse, à la force et à son opposée, le looping, procure un mélange idéal de ressenti et de régression. Les spécialistes de la régression, les psychologues développementaux qui s’intéressent aux souvenirs de l’enfance et au retour des désirs infantiles, évoquent une opportunité de choix de se rapprocher de ses peurs d’enfant, il est vrai de façon artificielle et dans un contexte de plaisir. La désorientation suscitée par la boucle dans l’obscurité renforce encore ce sentiment d’oppression et d’impuissance.

La deuxième force du noir est celle de l’intensité. Se départir de la vue met les quatre autres sens en émoi : ouïe, goût, toucher et odorat se font plus intenses. Une réaction partiellement psychologique, mais surtout neurophysiologique, liée à la fermeture totale d’un canal sensoriel.

Enfin, le noir a une troisième force : stimuler l’imagination. Nos rêves les plus intenses naissent dans l’obscurité. En ce sens, nous pourrions considérer le nouveau Sirocco comme une forme de protestation mécanique contre notre époque, où l’imagination est une espèce menacée de disparition par les formats de divertissement, souvent numériques, qui nous submergent. Citation d’Hellen Keller, linguiste américaine aveugle : “Je préfère marcher avec un ami dans l’obscurité, que seule dans la lumière”.

Fiche technique
• Type : Shuttle Loop
• Concepteur : Anton Schwarzkopf (1978)
• Constructeur du train et du système de lancement : Gerstlauer Amusement Rides (2013)
• Thème : univers de Walibi - le monde souterrain de Shimméria
• Zone du parc : Fabulous
• Ouverture : Juin 2013
• Investissement : 6 millions d’euros
• Longueur : 220 mètres
• Hauteur : 45 mètres
• Poids du train (avec visiteurs) : 10 tonnes
• Vitesse maximale : 22 mètres seconde, soit 85 km/h
• Passage de 0 à 85 km/h en moins de 3 secondes
• Force G : 4,88
• Looping : 1 looping avant et 1 looping arrière
• Nombre de train : 1
• Wagons : 7
• Nombre de passagers : 4 par wagon, soit 28 passagers
• Durée du parcours: 45 secondes
• Capacité par heure : 25 lancements/heure, soit 700 personnes par heure
• Accessibilité : 1m30
• Eléments uniques : catapultage à 85 km/h, looping, hauteur 45 mètres, aller-retour
• Effets spéciaux : lumières, projections 3D, animations, stroboscopes et musique électro


Quelques chiffres
• Le système de propulsion consomme une puissance totale de 7 MVA afin de permettre au train d’atteindre la vitesse de 85 km/h en moins de 3 secondes.
• Cette puissance équivaut à 1,5 fois la puissance électrique nécessaire au fonctionnement de l’intégralité du parc d’attractions.
• Durant le parcours, les visiteurs supportent une accélération de 4,88 G, soit l’équivalent d’un dragster lancé à pleine vitesse.


Partager sur Google+